ACTU > DISPARITION

MME EGLAL FARHI

Vers 23 h, sa frêle silhouette faisait son entrée, d’un pas soyeux et silencieux, depuis la rue des Petites-Écuries. Déposée par un taxi, Mme Farhi, même âgée, passait fréquemment faire un tour au « New », comme disent les habitués, d’abord les parisiens, mais depuis toutes ces années, un peu tout le monde. Elle fendait la foule pour rejoindre sa place, discrètement, avec juste un petit signe amical pour les visages familiers, comme pour ne pas gêner le spectacle. Par sa gentillesse, sa bienveillance, elle avait imprimé ici une atmosphère unique. Le New a accueilli les légendes du jazz, de la soul et du blues, avec modestie, simplicité et affection et sa fondatrice n’y était pas pour rien qui diffusait à toute son équipe et par contagion, aux musiciens, au public, une chaleur et une humanité qui lui ressemblait. Comme lui ressemblait la liste incroyablement éclectique et riche des artistes passés en ces lieux, de Dizzy Gillespie à Roy Hargrove, de Curtis Mayfield à Gil Scott Heron. En oubliant aucun style, aucune expression, le New était un reflet fidèle de l’actualité et de la mémoire des musiques du monde et de son époque, ouvrant ses portes au patrimoine du swing manouche, comme au hip hop émergent.

Mme Farhi s’est éteinte hier soir à son domicile de Neuilly à l’âge de 97 ans. Nos meilleures pensées accompagnent sa fille Catherine, qui a pris sa suite, et à toute l’équipe, d’hier et d’aujourd’hui, mobilisée pour faire vivre le New tel qu’elle l’incarnait, lieu de culture, de rencontres, de découvertes, et de (magnifiques) souvenirs… R.G. 

Please follow and like us:

ACTU > OMAR

SMOOTHIE

Au New Morning, 2019 commence comme 2018, avec Omar et sa soul soyeuse. Pas une mauvaise idée, par les temps qui courent, de se laisser porter par la voix melliflue et le groove caribéen du crooner anglais.

Dans les années 90, quand le r’n’b et le hip hop reléguaient les icônes soul dans les clubs de Las Vegas et d’ailleurs, le jeune Omar Lye-Fook, fils d’un batteur (pour Bob Marley ou Horace Andy) débarquait avec un titre, « There’s Nothing Like This », publié par Gilles Peterson sur Talking Loud, à l’origine de tout un mouvement Neo Soul, d’abord en Angleterre puis aux USA, où Erykah Badu, Jill Scott et India Arie lui rendirent hommage à leurs débuts. Adoubé par Stevie Wonder, Leon Ware et Lamont Dozier, Omar ne déçoit pas, sur scène comme en studio (excellent Love In Beats, publié en 2017). R.G.

OMAR

11 JANVIER, PARIS/NEW MORNING

Please follow and like us:

CONCOURS !!! ED MOTTA CHEZ VOUS !

LE SOUL SINGER BRÉSILIEN ED MOTTA EST EN TOURNÉE EUROPÉENNE

IL ÉTAIT EN CONCERT HIER SOIR AU NEW MORNING (PARIS)

 son du monde  VOUS OFFRE SON NOUVEL ALBUM

CRITERION OF THE SENSES 

POUR LE RECEVOIR CHEZ VOUS, REPONDEZ À CES QUESTIONS :
1 QUEL EST LE NOM DU PREMIER ALBUM D’ED MOTTA ?
2 QUI EST SON ONCLE, STAR AUSSI DU SOUL-FUNK CARIOCA ?
3 DANS QUEL FESTIVAL ED MOTTA A-T-IL JOUÉ POUR LA PREMIÈRE FOIS EN FRANCE ? (INDICE : 1993)
ENVOYEZ VOS RÉPONSES À : contact@sondumonde.fr (avant le 5 novembre),
et indiquez vos coordonnées  (nom, prénom, adresse postale).
Les 15 premiers seront récompensés par l’envoi d’un album.

Please follow and like us:

ACTU > BROOKLYN FUNK ESSENTIALS

REJOINT PAR ALISON LIMERICK

La formation new yorkaise dont le line up a pas mal évolué ces vingt dernières années, sera ce vendredi sur la scène du New Morning avec la chanteuse Alison Limerick, figure de la scène dance dans les années quatre-vingt-dix. Le collectif funk et son invitée reprennent pour l’occasion le hit « Where Love Lives », en hommage au producteur Franckie Knuckles disparu en 2014, figure de la house music. R.G.


LE 29 JUIN A PARIS/NEW MORNING, LE 4 AOUT A LA PETITE PIERRE/AU GRES DU JAZZ, LE 11 AOUT A JAZZ A MARCIAC

Please follow and like us: