ACTU > NICE JAZZ FESTIVAL

NOUVELLE VAGUE

Sans doute le plateau le plus malin de l’été. Dans cette transition entre le patrimoine et les nouvelles tendances, le jazz s’installe côté Théâtre de Verdure, le groove côté Massena. Une ouverture funky avec Nile Rodgers et Chic (16), qui avait relancé son histoire à Cimiez (avec Omar Hakim), il y a quelques années, et la voix soul de Jacob Banks. Le renouveau est incarné en mode pop par Jordan Rakei, en mode jazz par le jeune batteur de Chicago Makaya McCraven (17). Des jeunes talents à suivre ne manquent pas, pour les esprits défricheurs : Ezra Collective, Kokoroko, Masego (18), dans des styles hybrides et emballants. Des têtes d’affiche grand public renforcent le casting : Angèle (17), les Black Eyed Peas (18), Hocus Pocus, ou Ibrahim Maalouf (19), Omara Portuondo (20).  Sans oublier Chris Mc Bride, José James, ou Jupiter : une semaine riche et dense.  R.G.

NICE JAZZ FESTIVAL

DU 16 AU 20 JUILLET

nicejazzfestival.fr

 

ALBUM > RAHSAAN PATTERSON

HEROES & GODS

PAR ROMAIN GROSMAN

Après une longue éclipse, Rahsaan Patterson, l’un des artistes soul les plus créatifs de son époque, revient avec un nouvel album : à l’image de son auteur, jamais déceptif. LA SUITE

ACTU > JAZZ A JUAN

DU CLASSIQUE ET … LE SPACE COWBOY

Jazz à Juan concilie l’histoire et le présent. George Benson (le 13) est familier des lieux. Il y fit ses premiers pas en 1964, en compagnie de Jack McDuff. Dans son dernier album, Walking To New Orleans, le boss de la guitare jazz revisite les hits de Fats Domino ou de Chuck Berry. Et imprime son swing légendaire au rock et blues de ses deux héros. Aretha Franklin, Stevie Wonder, Steely Dan… : la liste des artistes accompagnés par le batteur Steve Gadd est juste incomparable. Avec son quartet, il ouvrira pour le grand George. Le blues engagé de Ben Harper (15), celui du trio Delgrès, qui puise dans l’héritage des caraïbes, plongeront la Pinède dans une parenthèse mémorielle forcément prenante. Louis Cole et son electro funk, et les Snarky Puppy (17) incarnent un son actuel, d’un jazz en mutation, léger et exploratoire en même temps. Le bondissant Jamiroquai (18), la classique Diana Krall (19), définitivement installée parmi les grandes voix féminines de l’époque : à chaque soir son ambiance…  R.G.

JAZZ A JUAN, PINEDE GOULD, JUAN-LES-PINS

Du 12 AU 21 JUIllet

jazzajuan.com

 

CINEMA > YVES

CHAUD ET FROID

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

Jerem’, rappeur impénitent et limité, squatte la maison de sa grand-mère défunte, en vue de l’enregistrement d’un hypothétique disque. Il y vit en compagnie d’Yves. Yves n’est pas un copain, mais un réfrigérateur connecté jusqu’au bac à glaçons… LA SUITE 


 

ACTU > LES SUDS A ARLES

LE MONDE VU D’ICI

Festival historique, devenu modèle des programmes les plus ouverts aux « musiques des mondes du monde », Les Suds ont la difficile mission de surmonter le repli des politiques publiques et, en même temps, d’essayer de ne pas (faire) oublier les concerts mémorables des figures majeures qui ont fait vibrer la scène du Théâtre Antique (récemment restauré). 

Cette année, derrière les affiches – Bobby McFerrin (12) et le retour du mystère jamais complètement dévoilé des Voix Bulgares (10) -, ce sont des musiciens étrangers résidants en France qui promettent les plus beaux moments de communion artistique : à commencer par le libanais Ibrahim Maalouf – accompagné d’un orchestre d’inspiration balkanique – (9). Il sera suivi par la plus en vue des actrices-chanteuses africaines Fatoumata Diawara (11), sa consœur Mamani Keita entourée des éthiopiques Arat Kilo (10), la poétesse haïtienne Melissa Laveaux (11) et la folk-singer algérienne Djazia Satour (9). On suivra également les voyages oniriques de l’accordéoniste bosniaque Mario Batkovic (9) et les compositions soyeuses du quatuor Odeia (14). Comme un sursaut de résistance (esthétique). F.C.


LES SUDS À ARLES

DU 8 AU 14 JUILLET

suds-arles.com

 

ALBUM > SANTANA

AFRICA SPEAKS

PAR CHRISTIAN LARREDE

Enregistré lors de sessions d’une poignée de jours dont on a souvent retenu simplement la première prise (et après une rigoureuse sélection au sein d’une cinquantaine de partitions), le 40ème (sic) album du Californien le proclame haut et fort : ici, l’Afrique pousse loin sa corne. LA SUITE

ACTU > PARIS JAZZ FESTIVAL

NOUVELLE ERE ?

Les difficultés financières auxquelles font face les grands événements artistiques en France, se font ostensiblement ressentir dans la programmation du festival de jazz au Parc Floral. Rares étaient pourtant les manifestations comparables, susceptibles d’offrir des week-ends de grande qualité sur le plan de la programmation musicale, dans une vraie diversité esthétique (jazz, blues, musiques du monde), gratuits de surcroit, et jouissant d’une impressionnante affluence.

La réduction des moyens alloués par la Ville se traduit désormais par une diminution du nombre de concerts et l’absence des grandes figures du jazz mondial. La politique culturelle (bastion de l’exception française) vacille elle aussi face aux bulldozers du libéralisme économique et aux grands barnums de l’été. Conséquence (positive, restons optimistes) cette année le Paris Jazz Festival privilégie la découverte avec la présence inédite de Judi Jackson (21 juillet), de l’étonnante réunionnaise Ann O’Aro (27), du cubain Cimafunk (25). La qualité artistique de cette édition repose aussi sur les épaules de jeunes musiciennes françaises – Anne Paceo (19), Leïla Martial (14), Airelle Besson (21, en duo avec le très éclectique Vincent Segal) -, et sur les performances de belles voix féminines internationales – Yazz Ahmed, Youn Sun Nah (19, pour sa quatrième année au Parc) -, lors de concerts désormais payants. F.C.

PARIS JAZZ FESTIVAL

DU 6 AU 28 JUILLET À PARIS/PARC FLORAL

festivalduparcfloral.paris

 

ALBUM > CAROLINE SHAW/ATTACA QUARTET

ORANGE

PAR CHRISTIAN LARREDE

Chanteuse au sein de l’ensemble vocal Roomful of Teeth, violoniste et compositrice, Caroline Shaw (prix Pulitzer Music en 2013 pour sa Partita For 8 Voces) s’est frayée un chemin vers la renommée en collaborant avec Kanye West et The National, ou en incarnant son propre rôle dans la série télévisée Mozart In The Jungle. LA SUITE 

ITW > CYRILLE AIMEE

« JE CONNAIS PRES DE QUATRE CENT STANDARDS, MAIS JE N’AVAIS JAMAIS ABORDE L’UNIVERS DE SONDHEIM »

PAR ROMAIN GROSMAN

Un album, immersion dans le monde du compositeur de Broadway Stephen Sondheim, un déménagement pour La Nouvelle-Orleans : la chanteuse poursuit aux États-Unis et ici une carrière fidèle à une certaine idée du jazz, et de sa tradition. LA SUITE