ALBUM > RYUICHI SAKAMOTO

BTTB

PAR ROMAIN GROSMAN

En quoi consistait « ce retour aux bases » annoncé dès le titre de cet album (BTTB), par le musicien japonais en 1998 réédité aujourd’hui ? En une suite de thèmes courts, joués au piano, surtout, où l’on croise les figures tutélaires de Debussy, Satie, Bach, John Cage… LA SUITE

CINEMA > BEAUTIFUL BOY – BEN IS BACK

ADDICTIONS

PAR LUNA CRUZ

Récemment, deux films sont sortis presque en même temps et traitent presque du même sujet, celui de l’addiction à la méthamphétamine. Les deux s’appuient sur une relation entre le fils addict et le parent impuissant. LA SUITE


ALBUM > BEX CATHERINE ROMANO

LA BELLE VIE

PAR CHRISTIAN LARREDE

Les trois garçons ont pris leur temps, qui se sont pour la première fois croisés sur la scène d’un club de jazz parisien il y a plus de vingt ans. Depuis, ils se sont perdus (de vue) et retrouvés, vivant d’autres aventures (en compagnie de Babik Reinhardt, ou Louis Sclavis) en d’autres lieux et d’autres registres esthétiques. LA SUITE

CINEMA > ALITA : BATTLE ANGEL

CYBORG M’ÉTAIT COMPTÉ

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

Même planète, 500 ans plus tard : des méchants corrompus tiennent sous leur coupe les habitants d’Iron City, s’appuyant sur des machines de guerre, et des boîtes de conserve (très) améliorées à intelligence humaine : les cyborgs. Mais l’Ange veille. LA SUITE

ALBUM > THE LEMONHEADS

VARSHONS II

PAR KATHLEEN AUBERT

Il y a tout juste dix ans, les Lemonheads publiaient Varshons un neuvième album composé entièrement de reprises. Voici le groupe pop rock alternatif américain de retour avec le plaisant Varshons II, sur lequel Evan Dando et ses collègues arrangent à leur sauce, et avec brio, une quinzaine de titres souvent peu connus d’artistes d’horizons très variés. LA SUITE

ALBUM > THE ROBERTA MARTIN SINGERS

1947-1962

PAR ROMAIN GROSMAN

Poursuivant son remarquable travail d’exhumation-restauration-documentation, le label Frémeaux rassemble les enregistrements du premier ensemble mixte afro-américain populaire de l’histoire, très influent dans la sphère gospel. LA SUITE

ITW > MAYRA ANDRADE

L’Afrique au coeur

PAR FRANCISCO CRUZ

La chanteuse capverdienne, citoyenne du monde [née à Cuba, elle a vécu au Sénegal, en Allemagne, au Cap-Vert et en France, elle est désormais installée au Portugal], surmonte le besoin d’identité et, sans oublier ses racines, se libère dans un tourbillon d’afrobeats dansants avec Manga, un album à savourer sans modération... LA SUITE

LE 16 FÉVRIER À PLESCOP, LE 19 À PARIS/LA CIGALE, LE 28 MARS À LILLE, LE 20 AVRIL À BOURGES

ALBUM > MICHEL PETRUCCIANI

colors

PAR CHRISTIAN LARREDE

C’est du jazz, mais c’est également de l’amour. Célébration du vingtième anniversaire de sa vingtième disparition, parait une édition en intégrale Dreyfus Jazz du catalogue de Michel Petrucciani. Une compilation des œuvres du pianiste, dont l’intitulé reprend celui d’une partition enregistrée par lui, tant en solo qu’en groupe. LA SUITE

ALBUM > MANU KATCHÉ

THE SCOPE

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

Il restera de toute éternité le très glorieux batteur de Peter Gabriel (So), mais rappelle avec ce dixième album en nom propre, et à iconographie panafricaine (une kora scintille dans le morceau d’ouverture), que la danse reste au cœur de sa musique, et qu’il entend bien générer cette pulsation, grâce à cet instrument dont on joue avec les quatre membres. LA SUITE

ACTU > SILVIA PEREZ CRUZ 

INCLASSABLE

Artiste d’exception dans l’univers de la chanson hispanique, compositrice et auteure décomplexée qui échappe à tout formatage stylistique et s’aventure avec aisance du folk expérimental au jazz no format, en passant par un flamenco déstructuré…mais aussi artiste total qui ne se prive pas de composer (et de jouer) pour le cinéma, le théâtre et la danse, Silvia Pérez Cruz incarne la liberté. Avec audace et joie de vivre dans la création. Son succès transgénérationel et sans marketing, notamment en Espagne et en Amérique Latine, est un phénomène trop rare pour laisser indifférent. Découverte en France il y a sept ans, elle a vu sa réputation grandir grâce au film Blancanieves et au dernier spectacle avec la danseuse Rocio Molina (A Grito Pelao, plébiscité à Avignon et à Chaillot). Elle revient à Paris pour présenter deux programmes: Vestida De Nit, qui clore cinq ans de musique avec un ensemble de cordes, et révéler un duo avec Marco Mezquida, le pianiste de jazz le plus en vue actuellement en Espagne. F.C.

SILVIA PÉREZ CRUZ

LE 7 FÉVRIER AVEC MARCO MEZQUIDA, LE 8 AVEC QUINTETTE À CORDES

CAFÉ DE LA DANSE (PARIS)

LIVE > BRENDAN PERRY, LA SOUTERRAINE

L’HOMME TRANQUILLE

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

La Creuse était prévenue : l’atmosphère du concert serait intimiste. Et c’est en effet devant une petite chambrée – plutôt enthousiaste – que le membre fondateur de Dead Can Dance a distillé, en un détachement patelin (je change de guitare, je bois un coup, je change de nouveau de guitare, le tout sur un rythme de sénateur) l’une des 18 dates de sa tournée franco-française. LA SUITE

ACTU > FESTIVAL AU FIL DES VOIX

RESPIRATION PLURI-CULTURELLE

Loin de ses débuts modestes, cet événement parisien devient le rendez-vous de référence des musiques du monde. Des musiques traditionnelles au jazz, de la chanson populaire aux propositions expérimentales -, dans un programme qui va de l’Argentine à la Grèce, de l’Albanie à Haiti.

Pour cette douzième édition on privilégie les concerts de la surprenante violoncelliste et chanteuse franco-algérienne Nesrine Belmokh et son trio NES, Chicuelo le virtuose guitariste flamenco en quartette, la chanteuse albanaise Elina Duni dans un projet solitaire – où elle s’accompagne au piano, à la guitare et aux percussions -, et l’ensemble « néo-étiopique » Arat Kilo (fortement influencé par le groove d’Addis Abeba) invitant la chanteuse Mamani Keita et le rappeur Mike Ladd. Une salutaire ouverture aux sons du monde. F.C.

NES, LE 5 FÉVRIER À L’ALHAMBRA, ELINA DUNI, LE 13 AU BAL BLOMET

CHICUELO, LE 15 AU BAL BLOMET, ARAT KILO, LE 16 AU TRIANON

BD > JOOST SWARTE

PASSI, MESSA !

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

Anecdotiquement renommé pour avoir conceptualisé le principe de la ligne claire cher à l’œuvre d’Hergé, le Hollandais Swarte reste le maître d’une réalité à tiroirs qui s’épanouit dans cette définitive édition française. LA SUITE

EXPO > RIAD SATTOUF – L’ECRITURE DESSINEE

TOUT SATTOUF

PAR KATHLEEN AUBERT

Déjà tout petit, Riad Sattouf adorait raconter des histoires en dessin. A tel point qu’il a fini par en faire son métier et qu’à tout juste quarante ans, le dessinateur et scénariste français est devenu l’un des meilleurs auteurs de BD de sa génération, et l’un des plus prolifiques. C’est à son univers graphique et narratif unique que la bibliothèque du Centre Pompidou consacre une exposition gratuite jusqu’au 11 mars. LA SUITE

BD > FRANQUIN & GOTLIB

SLOWBURN

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

Trois planches originales ici agrémentées, après plusieurs éditions pirates, d’une cinquantaine de feuillets didactiques : l’archiviste fou a encore frappé, qui nous permet de revenir sur la rencontre entre deux éminences de la bande dessinée francophone. LA SUITE

ACTU > ROBERTO FONSECA AU TROPICAL LAB

CUBA 2.0

En France (n’en déplaise au maestro Chucho Valdés et au magistral Gonzalo Rubalcaba), Roberto Fonseca est devenu LE pianiste cubain le plus populaire. Encore davantage grâce à la tonalité vintage de son dernier album, ABUC, un disque aux multiples interprétations : CUBA à l’envers, comme une invitation à découvrir une face inconnue de son pays, mais aussi un Cuba revisité sous un regard rétrospectif.

Son mambo sonne comme le mambo des années cinquante et il le revendique. Roberto Fonseca utilise d’ailleurs un extrait d’un mambo de l’époque. Néanmoins, une mesure après, le même rythme se déploie sur un beat électronique. Rien de surprenant, car depuis sa première formation jazz-fusion, le pianiste ne cesse de changer de registre pour faire converger tradition et modernité dans sa propre musique, en passant par le consensuel Buena Vista Social Club et l’expérimental collectif Havana Cultura. Après avoir joué le sideman de luxe pour Ibrahim Ferrer et Omara Portuondo, ou le co-leader explosif aux côtés de Fatoumata Diawara, c’est avec Joe Claussell – le pape des DJs latinos de New York -, qu’il débarque à Paris, pour une soirée tropicale qui s’annonce infernale. F.C.

TROPICAL LAB

31 JANVIER, PARIS/LA CIGALE

EXPO > SOUL OF A NATION – ART IN THE AGE OF BLACK POWER

ARTISTES EN RESISTANCE

PAR  ROMAIN GROSMAN

Le mouvement pour les Droits Civiques, l’émergence du Black Power, du Black Feminism : autant de combats soutenus par les artistes afro-américains – peintres, photographes, sculpteurs, musiciens -, entre 1963 et 1983. Ce dont témoigne une magnifique exposition visible à Brooklyn jusque début février LA SUITE

Brooklyn Museum

ALBUM > COTONETE

SUPER VILAINS

PAR CHRISTIAN LARREDE

On les a croisés au sein du Camarao Orkestra, d’Akalé Wubé ou du quintet de Florian Pellissier (ici aux claviers), mais l’histoire de Cotonete s’initie il y a trois lustres, avec la volonté affichée de frotter leur approche – à mi-chemin du Brésil et de la cinématique, sans omettre Afrique et influences amérindiennes – d’un jazz lyrique et sensuel. LA SUITE

PEPITE OF THE DAY > AVERAGE WHITE BAND…

« WORK TO DO », LIVE AT MONTREUX, 1977

PAR ROMAIN GROSMAN

Milieu des seventies. La version originale des Isley Brothers est insurpassable (la voix incandescente de Ron Isley, le groove de la rythmique et la guitare de Ernie Isley…), mais l’époque est tellement riche… LA SUITE

LIVRE > JEANNE-MARTINE VACHER

SUR LA ROUTE DE JANIS JOPLIN

PAR CHRISTIAN LARREDE

Avec un legs (deux chefs d’œuvre et un album pataud) inversement proportionnel à son aura, Janis Joplin intègre dans la flamboyance Le Club des 27 (Brian Jones, Hendrix, Jim Morrison, Kurt Cobain ou Amy Winehouse) : au mois d’octobre 1970, elle peut enfin (se) reposer. LA SUITE

CINEMA > EDMOND

AU PROCHAIN ENVOI, IL (NOUS) TOUCHE

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

En 1897, Edmond Rostand, encore jeune auteur dramatique, tire l’inspiration par la queue. Adoubé par la Comédie-Française, il peine à concurrencer les deux Georges, Courteline et Feydeau, parangons du rire bourgeois. Cyrano de Bergerac, inspiré à grandes lampées de licence poétique de la vie tumultueuse d’un fils d’avocat, parisien et libertin, modifie sensiblement la donne.  LA SUITE

ACTU > IBRAHIM MAALOUF

LEVANTINE SUR SEINE

En dix ans d’intense travail musical, le compositeur-trompettiste libanais a réussi à toucher un public très large, du jazz à la pop, du hip hop à la variété. Il jouit ainsi d’une exposition et d’une reconnaissance inhabituelles pour un compositeur de sa génération qui, de surcroit, joue essentiellement de la musique instrumentale.En contrepoint aux multiples guerres que se succèdent et s’éternisent dans sa région d’origine, Ibrahim Maalouf a publié Levantine Symphony, une musique de paix, avec choeur d’enfants, ensemble de jazz et orchestre symphonique. Une Symphony qui évoque un Levant beau, lumineux, différent de celui dépeint par les médias européens. Un autre Levant, par-delà les conflits et atrocités en tout genre vécus dans la région depuis des décennies. Le traitement des singularités harmoniques, rythmiques, mélodiques, des diverses cultures musicales de la région, converge ici dans une multiplication de timbres et de couleurs, qui sonne comme une forme d’aboutissement pour le compositeur Ibrahim Maalouf. F.C.

IBRAHIM MAALOUF

LES 18 ET 19 JANVIER À BOULOGNE/ LA SEINE MUSICALE

ACTU > MELANIE DE BIASIO

ELOGE DE LA LENTEUR

Melanie De Biasio est davantage une conteuse de (ses propres) histoires – qui arrive à émouvoir même avec un murmure ou un filet de voix – qu’une chanteuse au sens conventionnel.
Lilies – son dernier album – jouait sur une accentuation de la lenteur et sur la répétition de motifs pour produire un état quasi hypnotique. Un défi supplémentaire dans ce registre pop-jazz-électronique-rock-acoustique qui est sa marque (l’arrangement d’«Afro Blue» de Mongo Santamaria, magnifié en concert, en est une preuve). Face aux dissonances de notre société mondiale – avec ses guerres, ses tensions et ses émigrés errants – l’attitude juste de l’artiste serait, pour la chanteuse italo-belge, «de susciter en soi et chez les autres la recherche de la lumière et de la beauté ». F.C.

MÉLANIE DE BIASIO

17 JANVIER À BOULOGNE/ LA SEINE MUSICALE

CINEMA > LES INVISIBLES

RUE DE LA JOIE

PAR CHRISTIAN LARRÈDE

La Cicciolina a perdu de sa superbe, mais Brigitte Fontaine rien de son caractère déjanté. Quant à Catherine Lara, elle fait ce qu’elle peut. Á l’instar de Beyoncé ou Simone Weil, ces pseudonymes ont été choisis par celles qui fréquentent L’Envol, centre de jour pour femmes sdf… LA SUITE