MICHAEL JORDAN – « THE LAST DANCE »

L’EMPREINTE D’UN GÉANT

PAR ROMAIN GROSMAN

Avec quelques semaines d’avance sur le timing prévu, Netflix met en ligne la série événement consacré au basketteur culte. Une immersion dans la genèse et l’ascension d’un des plus grands athlètes du sport contemporain, avec force documents, interviews et mises en perspectives sociologiques.

Encore étudiant, Barack Obama se souvient avoir économisé pour voir les premiers pas de ce jeune joueur dont tout le monde parlait. Au début des années quatre-vingt, le nom de Michael Jordan circule dans le milieu. Au Lycée, puis à l’Université, malgré sa taille pas encore suffisante pour rêver du plus haut niveau, un physique frêle, les prouesses du jeune homme attirent l’attention des scouts (recruteurs) des grands clubs. Dix ans plus tard, cinq titres NBA dans la poche, le joueur et son équipe, les Chicago Bulls, partent à la conquête d’une sixième bague de champion, une gageure pour une équipe en bout de course, fissurée par les rivalités et les enjeux personnels.

Au-delà de sa valeur documentaire – la série pilotée par ESPN bénéficie de sources multiples et d’images rares –The Last Dance vaut surtout pour l’éclairage qu’elle offre sur la naissance d’un champion hors-norme dans l‘Amérique moderne où les valeurs familiales des parents Jordan, celles des éducateurs, au Lycée, à l’Université et même au plus au niveau du sport professionnel, forgent l’homme et dimensionne cet athlète unique qui s’inscrit dans la lignée des plus grandes légendes du sport, de Jesse Owens à Muhammad Ali.

MJ, figure iconique moderne – avec la dimension économique qui colle à son temps, à travers la marque Jordan et le contrat qui le lie aujourd’hui encore au géant Nike -, est le héro de cette série passionnante, immersive (à l’aube de cette ultime saison, le club avait donné libre accès aux coulisses à une équipe de tournage), qui fourmille d’archives illustrant les performances indélébiles du basketteur, et d’apartés qui décryptent le caractère (intransigeance, exigeance, dureté, à son encontre comme vis-à-vis de ses propres partenaires) et le leadership d’un champion unique.

The Last Dance, réalisé par Jason Hehir

(Etats-Unis, 2020), dix épisodes, à raison de deux par semaine disponibles sur Netflix